Prieuré de Serrabone

Notre patrimoine commun légué par nos parents et à rendre en l'état à nos enfants.
Avatar de l’utilisateur
Kiksette
Casteller
Casteller
Messages : 428
Enregistré le : 18 septembre 2015, 09:22

Prieuré de Serrabone

Messagepar Kiksette » 16 juillet 2016, 12:42

Située dans la vallée du Boulès, dans le massif des Aspres sur les contreforts du Canigou, Sainte Marie de Serrabona (la bonne montagne) est une église devenue prieuré, fondée au 10ème ou 11ème siècle. Le prieuré, perdu dans les chênes verts, demeure une des perles romanes du département des Pyrénées-Orientales. A ce titre il vaut sans nul doute une visite.

Serranone.jpg
Serranone.jpg (170.57 Kio) Vu 3088 fois

Car derrière son apparente austérité, liée à une architecture épurée et à l’isolement de sa situation, le Prieuré de Serrabone est une invitation au calme et à la contemplation.

Paysage Serrabone.jpg
Paysage Serrabone.jpg (270.53 Kio) Vu 3088 fois

L’histoire de l’église devenue prieuré

On relève une 1ère mention de l’existence d’un lieu de culte sur les hauteurs de Boule d’Amont dès 1069, dédiée à la Vierge Marie. Lieu de pèlerinage, l’église primitive, érigée en haut d’un éperon rocheux, aurait vu se réaliser de nombreux miracles. On note dans la mémoire locale deux sœurs originaires d’Ille-sur-Têt, qui auraient été guéries suite à une visite à La Negreta, la Vierge Noire, aujourd’hui conservée en l’église Saint Saturnin de Boule d’Amont.

Vierge noire.jpg
Vierge noire.jpg (74.26 Kio) Vu 3088 fois

En 1082, une communauté de chanoines augustins s’installe dans les lieux, sous le patronage de seigneurs locaux et du vicomte de Conflent – les augustins ne s’installant pas en des lieux déserts comme les bénédictins – et le transforment en prieuré. Celui-ci jouit alors des biens et revenus accordés par les seigneurs : un luxe identique à celui de l’abbaye de Saint Michel de Cuixà vient transformer l’édifice.

Les religieux augustins mènent une vie communautaire mais assurent également le service paroissial. En 1151 l’édifice est consacré par l’évêque d’Elne, en présence de nombreux évêques et abbés.
Dans la 1ère moitié du 12ème siècle ils construisent leur lieu de vie : cloitre, réfectoire, dortoirs… Au 12ème siècle, plusieurs membres de la communauté partent en pèlerinage à Jérusalem. La vie des chanoines devient alors prospère, jusqu’au 14ème siècle : le confort devient une préoccupation centrale, les religieux délaissent la vie en communauté et y préfèrent des cellules individuelles. Le collège devient mixte et le prieuré abrite alors hommes et femmes (converses). Les mœurs se relâchent alors : on retrouve la trace du chanoine Bernat Taillet, ordonné de faire partir sa compagne des lieux (1413).

Le 15ème siècle sonne le glas pour le prieuré. L’instabilité militaire et politique de la région réduit considérablement le nombre de chanoines. Le prieuré connait une crise des vocations, si bien que le prieur en charge exige la présence d’au moins 7 chanoines à Serrabone.
Puis, en 1592, le pape Clément VIII supprime les prieurés augustins d’Espagne et du Roussillon. Un an plus tard, l’ensemble des biens de Serrabone est cédé au nouveau diocèse de Solsona et le prieuré perd son indépendance de fonctionnement. Le diocèse catalan de Solsona conservera la propriété du prieuré jusqu’en 1896.

En 1612, le dernier prieur, Jaume Serra, recteur de l’église de Prades, décède. Les moines quittent peu à peu l’édifice, qui tombe en ruines.

Durant la révolution française, Serrabone est mis sous séquestre. Pendant 2 siècles la collégiale redevient église paroissiale, lieu de culte du village de Serrabone, et refuge des bergers et des troupeaux. En 1822, la commune de Serrabona est supprimée.

Au 19ème siècle, l’édifice est en ruine. En 1834, lors d’une halte dans la région, Prosper Mérimée visite entre autres le massif des Aspres, « triste et sauvage » et le site en décrépitude de Serrabone. Les archéologues prennent conscience de la beauté des lieux et de la nécessité de les restaurer. Classé Monument Historique en 1875, des travaux de réfection et consolidation sont entrepris dès 1838, sous l’impulsion entre autres de Jaubert de Passa, figure locale. Les campagnes de restauration successives au 20ème siècle (destructions des aménagements défensifs, réhabilitation du bâtiment principal, aménagement des alentours avec création du jardin botanique et du conservatoire de la vigne) sauvent définitivement le site.

Offert au Département des Pyrénées-Orientales par la famille Jonquères d’Oriola en 1968, il est depuis ouvert au public.

Un trésor architectural

Carte Serrabone.jpg
Carte Serrabone.jpg (77.93 Kio) Vu 3088 fois

L’église et la nef
La 1ère église de Serrabone était constituée d’une nef unique. Les chanoines transforment l’édifice au 12ème siècle en effectuant de nombreux ajouts : le transept, trois absides, une seconde nef au nord et un clocher, une galerie cloître et un bâtiment avec 3 salles superposées. C’est globalement cette nouvelle configuration que l’on peut admirer aujourd’hui. Seule la partie occidentale n’est pas d’époque : effondrée au début du 19ème siècle, elle a été refaite au 20ème siècle lors des travaux de réfection.

Nef.jpg
Nef.jpg (173.31 Kio) Vu 3088 fois
Nef laterale.jpg
Nef laterale.jpg (246.61 Kio) Vu 3088 fois
Abside.jpg
Abside.jpg (135.67 Kio) Vu 3088 fois

Il reste peu de choses de la décoration intérieure en dehors de la tribune. On peut néanmoins percevoir les traces d’une fresque sur le mur sud de la nef. Le fragment subsistant appartient à une Descente de croix du 12ème siècle, où on perçoit du Christ en croix les bras et la tête et à ses pieds Saint Jean.

Peinture murale.jpg
Peinture murale.jpg (152.97 Kio) Vu 3088 fois

Les murs de la nef sont construits en schiste local, débité en moellons allongés. La seconde construction est plus élaborée : toujours en schiste, mais par blocs taillés et ajustés avec soin.

Benitier.jpg
Benitier.jpg (88.95 Kio) Vu 3088 fois

Le cloître
Il est accolé au côté sud de l’église et ses arcades donnent une vue imprenable sur le ravin qui dévale sous le prieuré.

Cloitre 6.jpg
Cloitre 6.jpg (314.48 Kio) Vu 3088 fois

Le cloître se constitue d’une galerie bordée de colonnes à chapiteaux en marbre rose de Bouleternère et d’un petit jardin aménagé sur une des terrasses de soutien.

Cloitre 1.jpg
Cloitre 1.jpg (187.38 Kio) Vu 3088 fois
Cloitre 2.jpg
Cloitre 2.jpg (116.8 Kio) Vu 3088 fois
Prieure balcon.jpg
Prieure balcon.jpg (144.51 Kio) Vu 3088 fois
Cloitre 5.jpg
Cloitre 5.jpg (302.68 Kio) Vu 3088 fois

Les chapiteaux, en partie sculptés au trépan (forêt permettant de perforer le marbre), évoquent des aigles, des lions et des thèmes végétaux.

Colonne cloitre 1.jpg
Colonne cloitre 1.jpg (305.05 Kio) Vu 3088 fois
Colonne cloitre 2.jpg
Colonne cloitre 2.jpg (323.77 Kio) Vu 3088 fois
Colonne cloitre 4.jpg
Colonne cloitre 4.jpg (307.78 Kio) Vu 3088 fois

Le cloître abrite un enfeu (un tombeau). Il est également possible d’y découvrir la Stèle du Mas Nou, un bloc de schiste qui servait de seuil d’une dépendance du Mas Nou, sur la commune de Glorianes. Deux motifs y figurent : un symbole féminin et une figure masculine typiques des schématisations de l’art ibérique.

Stele.jpg
Stele.jpg (227.29 Kio) Vu 3088 fois

La tribune
Elle est entièrement réalisée en marbre rose de Bouleternère, qui vient contraster avec le gris-vert du schiste des murs de la nef. Elle fut probablement réalisée aux alentours de 1150. Elle vient diviser la nef en 2 parties : l’une réservée aux chanoines, l’autre aux fidèles. La plateforme à balustrade venait quant à elle accueillir le chœur de chant.

Tribune 4.jpg
Tribune 4.jpg (112.04 Kio) Vu 3088 fois
Tribune.jpg
Tribune.jpg (207.07 Kio) Vu 3088 fois
Tribune 3.jpg
Tribune 3.jpg (130.64 Kio) Vu 3088 fois

Cette tribune est quasi unique, et c’est en cela que le prieuré de Serrabone est exceptionnel : seule l’abbatiale de Cruas présente une telle tribune de cette époque.

Les chapiteaux des colonnes sont magnifiques et mélangent vraisemblablement les thèmes chrétiens de l’Apocalypse et des thèmes orientaux. L’ensemble des sculptures confère à la Tribune un caractère fantastique - les sculptures étant plus symboliques que narratives.

Tribune haut.jpg
Tribune haut.jpg (246.39 Kio) Vu 3088 fois
Tribune haut 2.jpg
Tribune haut 2.jpg (252.48 Kio) Vu 3088 fois

On note la présence d’anges aux mains ouvertes, leurs ailes couvrant leurs corps. Le lion symbole de Marc est placé à côté de l'aigle de Jean. A l'opposé, le taureau symbole de Luc, avoisine l'homme ailé de Mathieu. Ces quatre représentations entourent l'image du Christ, représenté sous les traits de l'Agneau disposé dans une mandorle. Autour de ce message, un décor végétal varié de palmettes, de roses à quatre pétales et de volutes occupe la surface.
Une différence de qualité est à relever, entre l'aigle et le lion, d'une part et le taureau et l'homme, d'autre part. Cette remarque est également valable pour les sculptures des deux piliers soutenant la façade. On pense donc que plusieurs artistes ont conjointement travaillé sur la sculpture de la tribune. Le travail est certainement coordonné et de la même époque, car ils partagent une même composition et des sujets voisins, un peu énigmatiques. Des lions occupent les angles des chapiteaux, des aigles, des singes et d'autres animaux fantastiques complètent ce bestiaire étonnant.

Tribune colonne 1.jpg
Tribune colonne 1.jpg (155.63 Kio) Vu 3088 fois
Tribune colonne 2.jpg
Tribune colonne 2.jpg (138.47 Kio) Vu 3088 fois
Tribune colonne 3.jpg
Tribune colonne 3.jpg (123.05 Kio) Vu 3088 fois
Tribune colonne 4.jpg
Tribune colonne 4.jpg (144 Kio) Vu 3088 fois
Tribune colonne 5.jpg
Tribune colonne 5.jpg (147.9 Kio) Vu 3088 fois
Tribune colonne 6.jpg
Tribune colonne 6.jpg (241.14 Kio) Vu 3088 fois
Tribune colonne 7.jpg
Tribune colonne 7.jpg (188.6 Kio) Vu 3088 fois


L’extérieur

Le portail extérieur est constitué d’un arc en plein cintre et orné d’un tore en marbre, reposant sur des colonnes à chapiteaux ouvragés, toujours en marbre rose. Les chapiteaux sont des reconstitutions car les originaux ont été volés en 2000.

portail exterieur.jpg
portail exterieur.jpg (277.66 Kio) Vu 3088 fois

La tour-clocher est haute de 18m et domine le jardin méditerranéen.

Prieure 2.jpg
Prieure 2.jpg (142.77 Kio) Vu 3088 fois

Le jardin botanique et le conservatoire de la vigne, des oliviers et des vergers offrent au Prieuré de Serrabone un charme supplémentaire. Ils regroupent différentes variétés de la flore catalane et permettent de s’aguerrir à la connaissance de la botanique, des herbes aromatiques et des arbres fruitiers. Quelques bancs placés çà et là invitent le promeneur à la halte recueillie.

Jardin 1.jpg
Jardin 1.jpg (325.14 Kio) Vu 3088 fois


Serrabone aujourd’hui

Outre les visites ouvertes au public, le prieuré de Serrabone accueille chaque mois de juillet depuis 2004 des concerts, dans le cadre des Dimanches de Serrabona. L’entrée est gratuite et ouverte à tous. L’événement permet de mêler la virtuosité de la musique et le caractère majestueux des lieux.

Dimanches.jpg
Dimanches.jpg (14.34 Kio) Vu 3088 fois

Le programme 2016 est le suivant :
10 juillet 2016
Voix Séfarades
Avec le festival Les Troubadours chantent l’art roman
18h – Prieuré de Serrabona
17 juillet 2016
Quatuor à cordes Euterpe
« Aurores Boréales »
18h – Prieuré de Serrabona
24 juillet 2016
Groupe Vocal Méditerranéen – « Monodies et polyphonies médiévales du 12e au 14e siècle »
18h – Prieuré de Serrabona
31 juillet 2016
Guitares et mandolines avec la Fondation Kruger
18h – Prieuré de Serrabona

Le prieuré abrite également le travail d’artistes contemporains. Cette année, il est possible de découvrir les sculptures de Daniel Dezeuze, dans le cadre de l’événement Exposition In Situ (5ème édition) : l’édifice accueille des œuvres totalement inédites, réalisées in situ et spécifiquement pour l’endroit.

Prieure Serrabone.jpg
Prieure Serrabone.jpg (247.27 Kio) Vu 3088 fois

Je remercie les sources qui m’ont permis une fois de plus de rédiger ce billet :
Wikipédia, le site de Jean Tosti, le site pyreneescatalanes.free.fr, le site du département des Pyrénées-Orientales et les notes présentes sur le site de Serrabone.

claude
Manyac
Manyac
Messages : 48
Enregistré le : 22 septembre 2015, 09:22

Re: Prieuré de Serrabone

Messagepar claude » 16 juillet 2016, 23:48

Bonsoir,
C'est plus qu'un billet, un magnifique reportage (photos et écrits) qui met en valeur ce patrimoine remarquable et unique. MERCI Kiksette!

Avatar de l’utilisateur
Kiksette
Casteller
Casteller
Messages : 428
Enregistré le : 18 septembre 2015, 09:22

Re: Prieuré de Serrabone

Messagepar Kiksette » 17 juillet 2016, 08:16

Je te remercie de ton commentaire Claude, il me fait infiniment plaisir :D !
Ce département recelle d'une multitude de trésors...aussi surprenants les uns que les autres.

Patrick Dombrowsky
Touriste
Touriste
Messages : 4
Enregistré le : 13 septembre 2016, 15:54

Re: Prieuré de Serrabone

Messagepar Patrick Dombrowsky » 13 septembre 2016, 16:00

Bonjour,

Je cherche une information concernant le prieuré et ses abords, dans le passé.

Sauriez-vous où logeaient les moines, avant que le prieuré perde cette fonction à la fin du XVI° siècle? Mes visites du lieu sont vraiment trop anciennes pour que je me souvienne d'y avoir vu quelque chose qui pourrait avoir été réfectoire, dortoir...

Et y avait-il, aux abords immédiats du lieu, une sorte de hameau, même minuscule, qui aurait justifié que celui-ci soit érigé en paroisse sans que les mas environnants soient rattachés ailleurs?

Merci pour vos avis et conseils: je ne trouve rien de probant sur Internet
Cordialement
Patrick Dombrowsky

Avatar de l’utilisateur
Regis
Administrateur
Administrateur
Messages : 458
Enregistré le : 03 septembre 2015, 19:13
Localisation : Ille sur têt
Contact :

Re: Prieuré de Serrabone

Messagepar Regis » 14 septembre 2016, 14:04

Bonjour Patrick,

Tu as en partie la réponse à tes questions dans le texte écrit par Kiksette

Au XV les moeurs se relâchent, et en fait les moines décident en majorité d'abandonner les dortoirs pour des maisons individuelles à l'extérieur. Ceux-ci par la suite se dégradent petit à petit
.

Ce qui peut expliquer qu'il n'en reste pas grand chose.

Je ne peut pas t'en dire plus car je ne suis pas le specialiste :)

Patrick Dombrowsky
Touriste
Touriste
Messages : 4
Enregistré le : 13 septembre 2016, 15:54

Re: Prieuré de Serrabone

Messagepar Patrick Dombrowsky » 14 septembre 2016, 15:36

Merci, Régis.

Cela pourrait en effet confirmer certaines cartes postales anciennes du lieu, avant la restauration, où il semble qu'il y ait des constructions basses de petite taille sur le pourtour du prieuré.

Ces bons moines devaient en avoir assez d'être empilés dans la vaste salle commune...

A bientôt
Patrick

Avatar de l’utilisateur
Kiksette
Casteller
Casteller
Messages : 428
Enregistré le : 18 septembre 2015, 09:22

Re: Prieuré de Serrabone

Messagepar Kiksette » 15 septembre 2016, 06:50

Oui, ce sont, comme expliqué dans mon post, les vestiges des cellules individuelles que les moines s'étaient construites pour plus de confort... :)

Patrick Dombrowsky
Touriste
Touriste
Messages : 4
Enregistré le : 13 septembre 2016, 15:54

Re: Prieuré de Serrabone

Messagepar Patrick Dombrowsky » 21 septembre 2016, 15:39

Merci, Kiksette.
Je prends connaissance avec un peu de décalage de votre réponse, qui me confirme donc l'existence de constructions aujourd'hui disparues autour du prieuré.
Les "personnels" et autre domestiques, m'a-t-on dit par ailleurs, avaient leurs "logements" en contrebas du cloître, presque de l'autre côté de ces cellules individuelles des moines. Sans doute là où un toit de tuiles flambant neuves apparaît sur les photos récentes.

Encore merci pour votre magnifique reportage.
Patrick


Retourner vers « Patrimoine Historique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité